Se mettre en mouvement, réveiller l'énergie

Secouez-moi, secouez-moi

Mais enfin, secoue-toi ! Il y a des situations dans lesquelles nous avons l’impression d’être comme englué. Il y a une part de nous qui sent qu’il est important d’en sortir et une autre part qui ne sait pas comment faire. C’est comme si le courant ne passait plus. Quelque chose en nous est coupée. Est-ce que vous ne vous êtes jamais dit, face à ces situations « Il faut que je me secoue » ? Est-ce que vous n’avez jamais entendu dire « Mais enfin, secoue-toi ! …

Lire la suite
Mettre sa langue au repos pour mettre sa tête au repos

A langue agitée, tête fatiguée

La langue, toujours au travail  La langue est un organe assez petit mais bien peu souvent au repos ! Dix-sept muscles l’animent.  Leur langue, certains s’en servent trop. D’autres pas assez. Certains racontent tout ce qui leur passe par la tête. D’autres retiennent tout ce qu’ils aimeraient bien dire. Certains se mordent la langue après en avoir trop dit. D’autres tournent sept fois leur langue dans la bouche pour ne pas risquer de dire. …

Lire la suite
Etre dans le présent et dans le corps

Voir mon chef comme un névé et contacter mes ressources !

Dis-moi quelles peurs tu as … Quand je m’observe – et quand j’observe les autres autour de moi – il y a quelque chose qui m’étonne dans l’humain ! Je vois comment je me débrouille, en trouvant des ressources, quand je suis dans un milieu naturel difficile et potentiellement périlleux ; je vois comment, dans ce même type d’environnement, bien des gens trouvent des ressources incroyables et passent par dessus leurs peurs. Et ces mêmes gens, dont je fais partie, se retrouvent décontenancés, sans ressources, paralysés par leurs peurs face à des gens !  …

Lire la suite
Fortifier son intérieur pour se défaire de sa cuirasse

Pour tenir debout : armure ou colonne vertébrale ?

Dis-moi ce qui te tient je te dirai qui tu es … Nous avons presque tous tendance à chercher à l’extérieur ce qui nous manque à l’intérieur. D’une part nous comptons sur les autres pour nous apporter ce que nous avons du mal à nous donner : considération, estime, valeur, bien-être, autorisation, reconnaissance, amour …  D’autre part nous allons chercher à remplacer notre « nous intérieur » un peu défaillant par un « nous extérieur » apparemment fort : plutôt que de solidifier notre charpente interne (en nous validant, en consolidant notre sécurité intérieure, en soufflant sur notre désir pour le faire grandir, en donnant de la place à ce qui nous porte…), nous allons tenter de tenir debout en nous construisant une cuirasse externe (principes, croyances, idéaux ... qui édifient une cuirasse contre les sentiments ou contre les émotions ou contre les ressentis ou contre les désirs profonds ou contre les mouvements de la vie …). …

Lire la suite