nos cicatrices donnent du prix à nos vies

Du bon usage des cicatrices

 

Recoller les morceaux

Je viens de lire un article sur le kintsugi, cette technique japonaise qui rassemble les différents morceaux d’une vaisselle grâce à de la laque, une sève au pouvoir adhésif important.

Kintsugi signifie « jointure d’or » et la légende raconte que cette technique a été trouvée par des artisans spécialistes de la laque au XVème siècle au Japon, pour réparer le bol à thé favori du Seigneur Ashikaga, qu’il avait brisé malencontreusement.

En découvrant la légende de cette technique qui met en valeur les brisures et les cicatrices, j’ai pensé à nos vies. Nos vies souvent brisées accidentellement, nos vies souvent couturées, fissurées, nos vies parfois en mille morceaux.

Mettre en valeur nos cicatrices pour donner du prix à nos vies

Et si, au lieu de chercher à cacher nos cicatrices nous les mettions en valeur avec une sève d’or ?

Cette semaine, c’est le printemps ! La saison de l’année où la sève, cachée pendant l’hiver, vient donner corps et éclat à la nature sous forme de bourgeons, de pousses, de boutons de fleurs…

Pourquoi ne pas en profiter pour laisser la sève redorer nos cicatrices ? Leur donner du panache, de l’éclat, de la couleur et de la valeur ?

Car, les cicatrices et les événements qui les ont créées, n’est-ce pas ce qui donne du prix et du poids à nos existences ? N’est-ce pas ce qui rassemble les morceaux de nos vies et font de nous des êtres entiers et singuliers ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × 4 =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>