Parce que ne pas être entendu est source de souffrance, trouver notre voix nous permet d'aller mieux

Ça vous dirait d’être entendu.e ?

 

« Si l’on parle, c’est pour que l’on vous comprenne. Moi, si je chante, c’est pour être entendue, pour dire encore plus fort… »

Parler dans le vide : quand notre expression se heurte à un mur !

Cette citation de Pia Colombo nous rappelle que notre voix a une fonction essentielle : nous permettre d’être entendu.e ! Pourtant, il y a de nombreuses situations où nous avons l’impression de « crier dans le désert », de « parler à un mur » ou de « parler dans le vide ». Il y a même des gens pour qui c’est le quotidien ! Ils n’arrivent tout simplement pas à se faire entendre.

Or, quand nous ne sommes pas entendu.e, notre estime de nous et notre confiance en nous en prennent un sacré coup. Nous ne pouvons pas partager ce qui nous anime et nous fait vivre. Ce qui fait sens pour nous. Ce qui compte. Car c’est à cela que sert notre voix. Pas seulement à dire « passe-moi le sel » mais aussi et surtout à porter ce qui fait notre singularité, à exprimer le précieux de qui nous sommes, à manifester la vie qui fraie son chemin en nous.

Face à la non-écoute, nous mettons diverses stratégies en place 

Pour essayer d’être entendu.e à tout prix, nous pouvons forcer sur notre voix. Nous risquons alors de nous retrouver avec la voix cassée, une extinction de voix (et donc sans voix) ou même avec des nodules sur les cordes vocales, sans compter une bonne tension dans la nuque ! Bref, nous nous faisons mal !

Ou alors nous capitulons : « On ne m’entend pas, tant pis, je me tais ». Et nous nous trouvons de bonnes raisons pour tout garder à l’intérieur de nous : ma voix est mal placée, elle est trop faible, elle est criarde, je chante faux, je manque d’énergie pour parler ou pour chanter et je n’ai de toute façon rien d’intéressant à dire. Bref, nous nous dévaluons !

La souffrance de ne pas être entendu.e

Ne pas être entendu.e est une réelle souffrance. Forcer sur notre voix ou l’empêcher de sortir de nous nous prive de l’énergie qui nous habite quand notre voix circule librement en nous. Parce que notre voix, parlée ou chantée, nous permet d’exprimer qui nous sommes, ce qui vraiment compte pour nous et la vie qui se manifeste en nous, instant après instant, la contraindre en la forçant ou en la taisant nous fait du mal.

Ce n’est pas une fatalité !

Notre voix peut devenir ou redevenir occasion d’expression, source de plaisir, de rencontre, d’énergie. Passer par la voix chantée est un chemin qui nous entraine sur la voie de l’écoute de nous-même et des autres … Un chemin qui nous apprend à nous entendre nous-même (le premier pas pour être entendu.e), à entendre et à être entendu.e.

Si vous en avez assez de ne pas être entendu.e, si vous souffrez de ne pas pouvoir exprimer ce qui vous anime au plus profond, ce qui vous fait vibrer, je vous propose de participer au cycle de 4 ateliers qui ont lieu de 12h20 à 13h40 les mardis 15 mai, 22 mai, 29 mai et 12 juin.

Allez, sautez le pas ! Inscrivez-vous  et prenez ainsi votre voix et votre vie en main !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze + 17 =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>