Jouer à faire des erreurs pour découvrir du neuf

Clé 3 : Profitez de vos erreurs

 

Il n’y a pas d’erreurs, il y a seulement des expériences

Thomas Edison a essayé des centaines de matériaux différents avant de trouver celui qui lui a permis d’inventer l’ampoule à filament et il a : « Je n’ai pas échoué, j’ai juste trouvé 10000 possibilités qui ne fonctionnaient pas ».

De la même façon, quand vous avez souhaité découvrir le monde en rampant il y a fort à parier que vos premiers essais vous ont fait plutôt reculer qu’avancer ! Et quand vous avez voulu vous mettre debout, il vous a fallu plusieurs retours au tapis avant de tenir debout. Et la marche assurée n’est arrivée qu’après de nombreuses chutes. Ces reculades, ces chutes étaient-elles des échecs ? Bien sûr que non : elles étaient des expérimentations qui peu à peu vous ont amené là où vous le vouliez : debout sur vos deux pieds prêt à découvrir le monde en marchant !

C’est pareil pour la créativité : à vouloir «faire bien» dès le début vous risquez de ne jamais vous autorisez à être créatif. La créativité comme la vie progressent grâce aux expériences. Si, bébé, vous aviez attendu de savoir parfaitement marcher pour vous risquer à bouger … vous seriez sans doute encore immobile ! Plus nous agissons sans avoir peur de nous tromper, plus nous développons notre créativité.

Profitez du processus, laissez tomber le résultat

Pour vous lancer dans la créativité, il convient de vous intéresser à ce qui va se passer au lieu d’attendre un résultat. Si vous commencez à créer en faisant confiance au processus, vous allez découvrir une forme de paix et de contentement. Vous allez expérimenter que vos erreurs peuvent être des plaisirs et des chances ! Qu’elles vous emmènent vers des découvertes auxquelles vous ne vous attendiez pas. Et vous allez voir que ce à quoi on ne s’attend pas est souvent bien plus extraordinaire que ce qu’on a prévu ! C’est cela la magie du processus créatif : la capacité de faire des découvertes accidentelles !

Attention : épidémie de perfectionnite !

Qu’est-ce qui nous empêche souvent d’être créatif ? Ce que Jill Badonsky, dans The Nine Modern Day Muses and a Bodyguard appelle une épidémie de gens voulant paraître et agir seulement de façon parfaite. Des gens dont la joie dépend de buts irréalisables !

Alors, si vous appartenez à l’épidémie des gens atteints de perfectionnite plus ou moins aiguë ; si vous êtes chroniquement frustré par la créativité ou si vous avez peur du processus créatif, voici le remède que je vous propose :

Un remède miracle contre la perfectionnite

Accordez-vous le droit de faire des choses petites, moches et ratées dans un premier temps et de vous amuser avec elles pour découvrir la joie qui naît du simple fait de vivre le processus créatif !

Par exemple, pendant les 5 à 15 minutes de votre rituel quotidien, prenez des crayons, de la peinture, des journaux ou n’importe quoi d’autre et faites la chose la plus ratée et la plus moche qui soit en y mettant toute votre énergie et en vous concentrant seulement sur ce qui est en train de se passer, sans vous intéresser à quoi ça ressemble. Vous pouvez aussi vous maquiller de cette façon ou si votre envie créative c’est de chanter, faites-le, de la façon la plus ratée et la plus moche possible !

Quand c’est fini, observez, riez, repérez votre énergie et découvrez quel est l’aspect étonnant de ce que vous avez fait ainsi, que vous n’auriez jamais imaginé mais qui vous donne des idées.

Une gorge dénouée et un apprentissage du plaisir du ratage : voilà de bons alliés pour aller découvrir, une prochaine fois, votre censeur intérieur et la clé qui vous permettra de déjouer sa méfiance … A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + 19 =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>