Jouer pour ne pas vieillir

Vaut-il mieux être fragile ou vieux ?

 

« Quand je joue, je deviens fragile, quand je ne joue pas, je vieillis. » Robert Hirsch

Etre fragile, quand on joue en tant qu’acteur, c’est être dans un total abandon de soi au service de la création et de la vie du personnage. Quand je joue (comme comédien·n·e, comme musicien·n·e, comme artiste …),  je ne suis pas sur mes gardes, je deviens le jeu, je participe au processus. Pour vraiment jouer, comme les enfants jouent, il s’agit d’oublier ce qu’on sait et ce qu’on ne sait pas. Oublier le faire et être juste dans le vivre.

 Cure de jouvence

Ça rend fragile, c’est sûr : pas de carapace possible ! Et ça maintient jeune : tout en nous est activé au cours du jeu créatif, circulation sanguine, cellules, neurones, sens, ressentis corporels, émotions, imagination etc ! Nous sommes vivifiés. Alors comme processus printanier de rajeunissement, je vous propose ce petit jeu :

Regarder n’est pas jouer !

  • Installez devant vous un petit miroir, une feuille de papier et un crayon à papier.
  • Scotchez la feuille sur la table à la bonne distance pour écrire ou dessiner et mettez le miroir derrière la feuille, un peu en hauteur en sorte que vous puissiez voir votre visage.
  • Faites votre auto-portrait en vous concentrant sur ce que vous voyez dans le miroir, sans JAMAIS regarder votre feuille : regarder la feuille n’est pas jouer !
  • Quand vous savez terminé votre auto-portait, laissez vous rêver devant lui, rajoutez si vous le désirez des couleurs à certains endroits, écrivez l’histoire de ce qui vous apparaît …

JOUEZ … RAJEUNISSEZ !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − dix-sept =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>