chanter nous aide à aller mieux

Pourquoi chanter est bénéfique

Revenons à ce qui se passe en nous … malgré nous !

Dans mon article précédent, j’ai commencé à vous raconter comment, en présence de ce que nous vivons actuellement, notre système nerveux réagit … sans nous demander notre avis !

Face à l’incertitude, l’incompréhension et la peur, notre système nerveux autonome fait son travail :  il nous protège soit en nous mobilisant en mode « combat » ou en mode « fuite » soit nous immobilisant.

Ce qui nous permet de sortir de ces états – qui, même s’ils ont pour fonction d’assurer notre survie ne vont pas forcément dans le sens de notre vie à long terme -, c’est l’activation de la branche « sociale » de notre nerf vague (une partie de notre système parasympathique) qui est en lien avec le cœur, les poumons, les muscles du larynx, du pharynx, du visage, des oreilles … Quand ce système est activé, nous nous sentons en sécurité, joyeux, reliés, vivants.

C’est fou tout ce qui se passe quand nous chantons !

Or, le chant est un moyen formidable pour activer ce système qui soutient notre bien-être et nous aide à sortir des états défensifs qui nous épuisent ou nous dépriment. Comment ? Que se passe-t-il quand nous chantons ?

Pour chanter, l’expiration est plus importante que l’inspiration ! C’est sur l’expiration que se posent les sons. Pour chanter, nous cherchons donc à allonger le temps de l’expiration. Or, quand nous expirons, nous augmentons l’efficacité de tous les petits chemins du nerf vague qui reviennent vers le cœur en nous apportant du calme et en nous permettant d’être plus facilement en relation.

Pour chanter, nous écoutons : eh oui, pas possible d’émettre si d’abord nous n’écoutons pas ! Or écouter augmente le tonus neural des muscles de l’oreille moyenne. Et le tonus de ces muscles augmente notre capacité à être en relation de façon agréable et sécure.

Pour chanter, nous utilisons notre larynx et notre pharynx. Or larynx et pharynx sont pourvus de muscles qui permettent de réguler le système nerveux. Pour chanter, nous avons besoin que cette régulation soit en place. Elle se manifeste par l’ouverture et la détente du larynx et du pharynx … sinon les sons ne sortent pas ! Et quand notre oreille moyenne entend les sons qui viennent d’un larynx et d’un pharynx détendus, elle sait que ces sons signifient « absence de danger », et ce décryptage de l’oreille apporte à nouveau du calme.

Enfin, quand nous chantons, nous utilisons les muscles de la bouche et du visage à travers des nerfs qui eux aussi sont reliés à la branche du nerf vague qui nous calme et à notre capacité à être en relation de façon tranquille.

Voilà pourquoi chanter est bénéfique !

Et se serait bien dommage de s’en priver. Et chanter à plusieurs est encore plus bénéfique, parce ça stimule d’autant plus notre système d’engagement social qui nous aide à ne pas tomber dans ou à sortir de nos états défensifs.

Alors, je vous propose de venir chanter avec d’autres (mais aussi bouger, écrire, dessiner …)  à l’occasion du solstice d’hiver, le lundi 21 décembre, de 10h à 16h30, afin de réchauffer nos coeurs ensemble en rentrant dans l’hiver, et de célébrer les jours qui vont se remettre à grandir (ça aussi, c’est bon pour le moral) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × 2 =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>