Le temps... long ? court ? Qui nous le donne ?

Qu’est-ce qui me donne du temps ?

 

Du temps et des amis

J’ai vécu hier une expérience très agréable : celle d’avoir du temps !

J’avais rendez-vous avec une amie et nous n’avions pu nous dégager qu’une heure et quart … Et voilà que cette heure et quart a pris des allures d’éternité que j’ai savourée avec délice.

Cela me donne envie, aujourd’hui, de partager à nouveau avec vous un de mes premiers articles de blog (qui était aussi en relation avec une amie : vive les amis pour partager des expériences qui enrichissent et font grandir !).

Un temps à… trois temps

En discutant il y a quelques jours avec une amie artiste peintre et en lisant le texte de présentation de sa prochaine exposition, mon regard a été attiré par un mot : Kairos.
Ce mot n’a pas de secret pour ceux d’entre vous qui ont fait du grec ou de la philosophie ou qui s’intéressent à la mythologie. Ceux-là savent qu’en grec, il y a trois mots pour parler du temps :

Il y a Chronos, un dieu dévoreur, qui n’a pas hésité à avaler ses propres enfants. Il y a Aiôn, le temps long et indéterminé, le temps de la vie, l’éternité.
Et il y a Kairos, le moment, l’instant favorable.

Danser sur le troisième temps !

Vous voyez où je veux en venir en ce commencement d’année d’activités : après un été qui est en général l’occasion de prendre son temps, quelle sorte de temps allons-nous nous donner pour vivre cette année ?
Allons-nous nous précipiter dans les bras de Chronos, qui dévore tout sur son passage, et qui, s’il nous trouve à son goût, risque bien de faire de nous ses prochaines victimes ? Allons-nous nous réfugier contre le sein apparemment salvateur d’Aiôn, en rêvant à tout ce que nous ferons le jour où… les enfants auront quitté la maison, nous serons à la retraite, la voiture sera payée, nous aurons changé de patron, de conjoint, de maison ou de pays…

Ou bien ou bien… allons-nous danser joyeusement avec le moment favorable, vivre l’instant présent à fond et saisir les opportunités, nous glisser dans le fil de l’eau plutôt que de remonter la rivière à contre-courant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 2 =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>