Aller à la rencontre de nos ombres pour aller bien

Sortir nos ombres de l’ombre

 

Faire des détours pour éviter la confrontation avec l’ombre

Dans son livre Spiritual Bypassing, When Spirituality Disconnects Us from What Really Matters (Court-circuitage spirituel, Quand la spiritualité nous déconnecte de ce qui compte vraiment), R. A. Masters, docteur en psychologie et psychothérapeute, montre le risque qui existe à suivre des voies qui, sous couvert de spiritualité, nous font faire l’économie d’une rencontre avec tout ce qui vit dans l’ombre en nous. Il rappelle que pour être en bonne santé il est essentiel de sortir les ombres de l’ombre.

« En acceptant de rencontrer ces ombres en profondeur sans nous perdre en elles, nous libérons leur énergie et développons une intimité authentique avec elles, jusqu’à ce que nos ombres ne soient plus des « ça » mais bien plutôt un « nous » retrouvé dans toute son épaisseur. »

Des ombres réjouissantes !

Je ne saurais vous dire à quel point la lecture de ces phrases m’a réjouit ! Pour accompagner depuis de nombreuses années des personnes qui ont le courage d’aller à la rencontre de leurs ombres, -et cela de plus en plus profondément au fil du temps-, et pour le vivre moi-même dans ma propre démarche de développement, je sais à quel point ce travail apparemment ingrat et qu’on aimerait si souvent court-circuiter pour plus de confort et de plaisir rapides, est indispensable à l’intégration de notre pleine humanité. Et est indispensable à notre bonne santé psychique.

Devenir tortue pour arriver plus rapidement

Travailler à être pleinement humain, y compris quand ça ne va pas et que les ombres sont là, est pour moi une attitude courageuse et vraiment spirituelle. C’est un travail qui doit se faire dans un espace sécure, accompagné par quelqu’un qui a lui-même fait le chemin de se confronter profondément à ses ombres.

C’est un travail qui nous fait plutôt prendre le pas de la tortue que celui du lièvre. Et aujourd’hui, dans notre société, la lenteur n’est ni vraiment de mise ni très bien considérée ! Mais sur la ligne d’arrivée, je peux constater que la tortue est toujours gagnante !

Commencer à apprivoiser son ombre grâce à un exercice

Une ancienne émotion est là, réactivée par une situation d’aujourd’hui.

  • Je m’arrête et je l’observe à partir de mes ressentis corporels : comment cette émotion se manifeste-t-elle dans mon corps (et non dans mes pensées) ? Je reste là, à sentir et observer, sans oublier de respirer. A quel endroit cette émotion prend-elle place en moi ? Quelle est sa forme ? Sa taille ? Sa consistance ? Sa texture ? Sa couleur ?
  • Quand je l’ai bien ressentie et observée, je lui donne forme par le dessin, la peinture, le modelage, le collage, la danse, le chant. Puis je la fais parler en utilisant ma main non-dominante. Je la laisse me raconter d’où elle vient, depuis quand elle est là et pour quoi elle a élu domicile en moi.

Ce n’est certainement pas l’exercice créatif le plus ludique qui soit  😀 mais assurément, il commencera à vous faire entrer dans vos profondeurs, dans le monde de vos ombres, dans un espace souvent ignoré ou déserté …

Et si c’est vraiment trop difficile à porter, partagez avec quelqu’un en qui vous avez toute confiance et continuez ce travail avec un professionnel …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 + huit =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>